m'écrire

 

 

 

 

   

 Documents / Droit communautaire et droit national

 

 

 

                                                   Eurogersinformation

 

 

 

 

 

 


 

Articles liés

- Nul n'est censé ignorer le droit communautaire II- L'effet direct du droit comunautaire

- Nul n'est censé ignorer le droit communautaire III- La primauté du droit comunautaire

- Le juge français et le droit communautaire (retour sur la décision du Conseil Constitutionnel du 30/03/2006, loi pour l’égalité des chances) (I)

- Le juge français et le droit communautaire (II)

-Le juge français et le droit communautaire (III)

- La primauté du droit communautaire, version Conseil constitutionnel

- La primauté du droit communautaire, version Conseil d'Etat

- Applicabilité directe du droit communautaire : le Conseil d'Etat lève un dernier obstable

- Responsabilité de l’Etat en cas de non respect d’un traité international par le législateur

- Responsabilité de l’Etat en cas de non respect d’un traité international par le juge

 

 

 

 

Droit communautaire et droit national

Nul n’est censé ignorer le droit communautaire (I)

 

Le droit communautaire est constitué par les traités européens (des centaines de pages) que l'on appelle le droit primaire et les actes adoptés  par le législateur communautaire (Parlement européen et Conseil) sur proposition de la Commission européenne (des dizaines et dizaines de milliers de pages). L’essentiel de cette « législation » est constitué par les règlements, les directives, et les décisions, cet ensemble de textes étant appelé le droit communautaire dérivé (puisqu’ils interviennent dans le cadre de l’application des dispositions des traités).

Il faudrait ajouter que l’ordre juridique communautaire englobe d’autres règles de droit et en particulier, les principes généraux du droit et  la jurisprudence de la Cour de justice des Communautés européenne. Mais ce serait nous entraîner trop loin.

De même que nul n’est censé ignorer la loi française, nul n’est censé ignorer le droit communautaire, car lui, n’ignore plus grand chose de notre vie quotidienne : sécurité sociale, consommation, environnement, conditions de travail, santé, droit civil, lutte contre la criminalité, monnaie, etc… il y a peu de domaines de la vie des particuliers dont le droit communautaire se désintéresse, même si son influence y est très variable. Pour les entreprises, la montée en puissance des règles communautaires est encore plus flagrante, l’intégration européenne ayant été depuis l’origine de nature économique essentiellement.

Quelquefois, les normes juridiques communautaires se fondent dans la législation nationale, quelquefois elles s’y superposent, ajoutant de nouvelles couches à l’indigeste mille feuilles législatif et réglementaire. Et toujours, cette incorporation au droit interne obéit à deux principes qui sont l’effet direct et la primauté du droit communautaire sur le droit national, dont la finalité est d’en assurer l’application effective et uniforme dans tous les pays de l’Union européenne.

Mais de quoi s’agit-il. ?

Le droit communautaire doit pouvoir produire des effets  dans les différents états membres à l’instar de leurs propres règles de droit nationales. C’est ce qu’a affirmé la Cour de Justice des Communautés européennes pour la première fois en 1963 : "le droit communautaire, indépendant de la législation des états membres, de même qu'il crée des charges dans le chef des particuliers, est aussi destiné à engendrer des droits qui entrent dans leur patrimoine juridique" (arrêt du 05/02/1963,Van Gend en Loos/administration fiscale néerlandaise).

Bref, un particulier peut faire valoir les droits que lui reconnaissent les textes communautaires de la même façon que s’il s’agissait d’une loi ou d’un règlement français. De plus, le droit communautaire a une valeur contraignante supérieure à celle de la législation nationale : en cas de contradiction entre les deux c’est le droit communautaire qui doit s’appliquer.

Dans le détail, c’est un peu plus compliqué…

  19.06.2006